Comment se déroule une séance de yoga ?

Le yoga enseigné à Yoga Bhoga est le Yoga de l’IFY (Institut Français de Yoga), inspiré de l’enseignement de T.K.V. Desikachar :

  • Un yoga respectueux de la personne qui allie posture, respiration et méditation.
  • Un yoga pour tous les publics grâce à l’adaptation créative des techniques (viniyoga) et à la progression graduelle (vinyāsa) dans les séances.

Chaque séance est unique, préparée avec soin par le professeur, qui aura défini un objectif, une intention qui va donner son sens à la pratique.

Concrètement…

Une séance de yoga est une suite d’exercices ajustés dans un certain ordre et selon une progression cohérente, lesquels prennent leur sens de l’objectif défini pour la séance, par exemple approfondir une posture particulière ou renforcer la capacité respiratoire.

L’exemple ci-dessus montre une progression possible vers la posture appelée cakravākāsana (posture de l’oie qui, dans la mythologie indienne, est un oiseau mythique). On peut représenter la progression (vinyāsa krama) sous la forme d’une courbe en forme de cloche… qui fait penser à la manière de représenter la phrase classique avec : une protase (la partie ascendante ou pūrvānga), une acmé (le plateau ou pradhānānga) et une apodose (la partie descendante ou uttarānga) :

  • La partie ascendante de la courbe représente la préparation : l’échauffement des parties du corps qui seront impliquées dans la posture. À cette occasion, le pratiquant détecte s’il éprouve des limitations (par exemple dans les genoux ou les épaules, ou encore les poignets) et vérifie ainsi qu’il sera en mesure d’atteindre l’objectif.
  • La partie supérieure en forme de plateau représente la partie centrale où la posture est prise un temps assez long pour que ses effets s’installent.
  • La partie descendante de la courbe représente la compensation (pour compenser les effets trop intenses qui pourraient amener du déséquilibre) et le retour à l’équilibre (pour faire transition avec une respiration en assise par exemple, ou avec le retour aux activités quotidiennes).

Des termes entendus lors d’une séance…

POSTURE (āsana) : on désigne par posture une certaine attitude que prennent le corps (qui adopte une certaine forme, en lien avec la respiration) et l’esprit (qui se concentre sur un objet, souvent le corps, mais aussi la respiration, un point en particulier…). La forme extérieure de la posture importe peu, c’est l’expérience vécue qui prime : plus vous pratiquez en conscience, avec attention et régularité, plus les effets s’installent et vous permettent de progresser dans la compréhension du fonctionnement de votre corps et de ses possibilités de progresser, sans vous faire mal.

CONTRE-POSTURE (pratikrya) : la contre posture vise non pas à annuler les effets de la posture qu’elle compense mais à en balancer les effets négatifs. Par exemple, une posture d’extension de la colonne (ouverture vers l’arrière) sera compensée par une posture de fermeture, une torsion par une posture qui remettra la colonne dans son axe. La contre posture est accessible et moins difficile que la posture qu’elle compense, toujours effectuée en dynamique. Son nom sanskrit est pratikrya qui signifie littéralement « action en sens inverse ».

ADAPTATION : lorsque la posture « aboutie » ne peut pas être atteinte à cause d’une limitation du pratiquant, le professeur propose une adaptation, c’est-à-dire une version accessible de la posture, qui respecte l’esprit de celle-ci, tout en permettant à son élève de la prendre et de bénéficier de ses effets. Par exemple, dans cakravākāsana, si la personne a les poignets fragiles (après une fracture), il peut lui être proposé de fermer les poings plutôt que de s’appuyer sur les paumes de mains. Si ce sont les genoux qui sont fragiles, elle pourra placer un coussin ou une couverture pliée sous les genoux. À l’inverse, si elle prend aisément la posture, on pourra lui proposer une intensification : par exemple, dans cakravākāsana, on lui proposera de tendre un bras devant elle en diagonale, en même temps que la jambe sera tendue du côté opposé, ou même de saisir avec la main opposée le pied de la jambe tendue repliée.

PRISE DE POSTURE : pour arriver à une posture, il y a un « chemin » qui permet de s’assurer que la posture est accessible et que le corps s’y placera de manière adéquate. De même, pour quitter la posture, le pratiquant fera le chemin inverse pour rétablir le corps dans sa neutralité.